Baby clash, 4 conseils pour y faire face

baby clash

Le baby clash désigne la période de conflits qui survient au sein d’un couple suite à l’arrivée d’un bébé. Les nouvelles tâches à assurer se multiplient. La fatigue s’accumule. L’organisation des responsabilités doit être revue. Tout cela conduit à des tensions entre la mère et le père, ce qui génère finalement des disputes à répétition. Ainsi, 68 % des mères seraient concernées par le baby clash1.

Naturellement, l’attention pour bébé nous accapare. Malgré sa petite taille, bébé semble prendre un espace démesuré, ce qui a tendance à exclure tout le reste, en particulier notre vie de couple. Cet événement heureux représente toujours une période éprouvante pour le couple. Alors, comment éviter ce baby clash, ou tout du moins en sortir le plus vite ? Voici nos quatre recommandations clés :

Conseil baby clash n°1 : prendre conscience du changement

Bébé arrive ? Attention au grand chambardement !

« Le passage de deux à trois est l’un des plus grands défis qu’un couple doit affronter. » constate la thérapeute américaine Esther Perel. Cela s’explique par l’impact majeur créé par l’arrivée de ce nouvel être. Rien ne sera plus comme avant !

En effet, l’arrivée de bébé change profondément notre référentiel personnel. Notre rapport à presque tout ce qui nous entoure se modifie :

  • La perception que nous avons de nous-mêmes, de notre identité, de notre corps…
  • La relation que nous avons avec notre partenaire et l’espace pour l’intimité et la sexualité.
  • Les rôles et responsabilités de chacun dans le couple, ainsi que l’équilibre entre liberté et responsabilité.
  • Notre système de valeurs et nos priorités par rapport à la vie professionnelle, à l’argent, aux loisirs…
  • Les relations que nous avons avec notre famille, notre belle-famille, nos amis…

Une naissance s’accompagne également de nombreuses émotions : joie, euphorie, fierté… mais aussi inquiétude (« suis-je à la hauteur ? »), ressentiment (envers le bébé qui nous accapare, envers notre conjoint), angoisse (pour la santé du bébé)…

baby clash

Quand le baby clash révèle une crise de modèle

L’arrivée du bébé est un événement qui bouleverse la dynamique conjugale. Tout d’abord, cela met définitivement fin à la fusion dans le couple. Ensuite, « le bébé ramène les parents vers des rôles traditionnels auxquels ils n’ont pas toujours envie de se conforter » note le psychiatre Serge Hefez dans son livre La danse du couple. Si les rôles étaient jusque-là similaires entre les partenaires et la relation équilibrée, il se crée souvent une nouvelle organisation où « la mère materne, le père protège sa tribu ». Enfin, la naissance de l’enfant rapproche souvent chacun de sa famille d’origine, le fait de devenir parent nous reliant à la chaîne des générations précédentes.

Fin de la période fusionnelle, écartèlement entre tradition et modernité, retour vers la famille d’origine… c’est une crise de modèle que le couple affronte. Il doit donc nécessairement se réinventer.

Être attentif aux changements

La naissance d’un enfant implique donc à la fois un changement de référentiel personnel et un changement de modèle couple. Cela représente une période très déstabilisante. L’arrivée de bébé est un moment merveilleux, un événement de vie unique. Cependant, il est nécessaire de ne pas sous-estimer les profonds bouleversements, souvent inconscients, que cela entraîne.

Être attentif à ce que l’on ressent, à ses motivations mais aussi à ses peurs est essentiel pour ne pas vivre uniquement en réaction. De même, faire l’effort de comprendre ce que son partenaire vit au travers de cet événement est clé pour maintenir la connexion émotionnelle dans son couple. Tout cela nécessite un dialogue ouvert, pour exprimer ce que l’on vit, pour oser partager ses inquiétudes.

L’échange permet également de se « mettre à jour » sur ce que pense son partenaire. Ce que nous pensions connaître de l’autre au début de la relation a forcément changé, et il est important de prendre le temps de connaître quels sont maintenant les valeurs, les envies, les besoins de notre partenaire. L’essentiel dans les premiers mois qui suivent le retour à la maison après la maternité est de ne pas laisser s’installer les incompréhensions et les malentendus. L’application Zenlove peut être un outil utile pour cela car elle est un support à un dialogue ouvert et constructif dans le couple.

baby clash

Conseil baby clash n°2 : préserver le couple amoureux

Quand bébé prend toute la place

L’émerveillement provoqué par l’arrivée de l’enfant et les soins qu’il requiert conduisent bébé à prendre une place centrale dans la vie d’un couple. Pour certains, surinvestir dans le soin apporté à l’enfant est une manière de chercher à réparer les manques ressentis pendant l’enfance. En tout état de cause, le centre de gravité s’est déplacé dans le couple, conduisant à des situations qui peuvent être délicates.

Le schéma le plus fréquent est celui où le père se sent exclu. Il estime d’une part que femme ne s’intéresse plus à lui, et d’autre part qu’elle l’empêche d’établir une relation avec l’enfant. Se sentant rejeté, il se désinvestit, conduisant sa femme à se focaliser encore davantage sur la relation avec son enfant. Il existe également des situations où c’est la femme qui se plaint que son compagnon ne s’intéresse plus à elle, ne la désire plus. Le même cercle vicieux de frustration, éloignement, repli se met en place.

Le risque est que le couple amoureux disparaisse, laissant la place au mieux à un duo parental totalement dédié à l’enfant, au pire à un couple fantôme où chacun se désintéresse de l’autre. Comment alors préserver notre couple lors de l’arrivée de bébé ?

Respecter les règles du bien-être amoureux

« L’enfant n’est pas la priorité du couple. » rappelle Françoise Dolto, pourtant très soucieuse du développement de l’enfant. En effet, l’enfant ne doit pas être le centre de l’univers du couple. C’est un astre qui tourne autour du soleil que constitue votre couple.

Pour préserver le couple amoureux, voici quelques règles de « bien-être amoureux » à suivre.

  • Préservez votre chambre

La chambre du couple est son lieu d’intimité. Ainsi, une fois passés les six premiers mois de l’enfant, bébé peut être installé dans sa propre chambre ou celle de ses aînés pour préserver la chambre du couple en tant qu’espace de son intimité.

  • Établissez un rituel quotidien de connexion

Établir un rituel quotidien où l’on sort de son rôle de parent permet de maintenir une connexion amoureuse. Il s’agit de trouver un moment dans la journée où il est possible de discuter dix minutes sans aborder le sujet de l’enfant, des corvées ménagères et autres obligations.

  • Investissez dans votre couple

Une plante que l’on n’arrose pas dépérit. Il est en de même pour le couple. Dès que cela est possible, il est important de s’organiser des soirées à deux, puis quand l’enfant est un peu plus grand, de partir en week-end en couple. Autant que faire se peut, évitez pendant ces moments de faire de bébé l’unique sujet de conversation…

  • Faites des choses ensemble

Même s’il est parfois plus efficace de se répartir les tâches, prendre le temps de faire certaines corvées ensemble peut permettre de mieux comprendre les attentes de chacun et de vous rapprocher.

  • Continuez à séduire

Être parent n’empêche pas de séduire. Par un cadeau, un mot tendre, une caresse, un compliment… le langage d’amour permet de montrer son affection et maintenir la flamme.

baby clash

Faire une place au père

Devenir mère est « une expérience qui ne peut donner à la femme qu’un sentiment de puissance » note le psychologue Yvon Dallaire dans son livre Qui sont ces couples heureux ?. Certaines femmes peuvent alors avoir tendance à monopoliser la relation à l’enfant. Dans cette situation, le père va souvent s’investir dans un domaine extérieur au couple, le travail en particulier. Or il est important de rappeler l’importance d’inclure le père dans la relation. Cela est d’autant plus vrai que le lien entre le bébé et son père peut prendre du temps à se créer. La nouvelle mère doit donc apprendre à déléguer pour que le père puisse apprendre à connaître son enfant. Il est d’ailleurs très positif que bébé fasse l’expérience de deux styles parentaux différents.

« Les femmes doivent renoncer à leur toute-puissance maternelle, pour rester des femmes désirantes et inviter les hommes à entrer dans la danse (…). Le père, de son côté, doit insister pour prendre sa place. » Bernadette Costa-Prades – Réussir son nouveau couple et faire durer l’amour

Conseil baby clash n°3 : retrouver l’intimité de couple

Quand la sexualité de couple s’effrite

Face à nos nombreuses nouvelles préoccupations de parents, la sexualité est souvent la dernière des priorités. Avec l’arrivée de bébé, « nous déprogrammons pratiquement le sexe de nos vies, le mettant en attente permanente. » constate Esther Perel dans son livre L’intelligence érotique. La sécurité, la responsabilité, la fiabilité deviennent pour nous les valeurs clés après la naissance. Les soins qui sont nécessaire à l’enfant imposent en effet de la régularité. Pour cela, nous mettons du sérieux dans nos vies, du contrôle, de l’organisation.

Ce contexte ne laisse plus la place à l’imprévisible, la spontanéité, la futilité qui sont ce qui nourrissent l’érotisme dans le couple. Aussi, « faire la reconquête de sa vie érotique n’est pas toujours facile » reconnaît la thérapeute Esther Perel. Elle constate également que chez certaines femmes, une substitution s’opère entre la sensualité qu’elles ont avec leur enfant et leur sexualité. Il n’y a bien sûr pas de confusion entre les deux, mais pour ces femmes, le désir est réorienté. Leur énergie est dirigée vers les enfants, désormais au centre de l’épanouissement affectif.

Le schéma est alors bien souvent le suivant : la femme pense constamment aux choses à faire pour ses enfants, elle est épuisée par sa journée et n’éprouve plus de désir pour faire l’amour ; l’homme se sent seul et frustré. La femme estime que son conjoint devrait l’aider davantage et que son désir de sexualité est une preuve d’insensibilité. L’homme estime que sa conjointe délaisse leur couple et que son absence de désir est une preuve de rejet. Tous deux éprouvent du ressentiment envers l’autre.

baby clash

Entretenir la flamme du désir

Face à cette situation, Esther Perle recommande aux hommes de ne pas chercher à forcer le désir mais à créer une ambiance propice, en usant de l’écoute et de la séduction. C’est selon elle à eux de maintenir la flamme du désir et à aider leur conjointe à réinvestir de l’énergie dans le couple. Elle invite les femmes à accepter le fait que quelque chose leur est offerte dans la sexualité. Elle propose aux couples de programmer des sorties à deux pour se retrouver et faire ensuite faire l’amour. Cela peut sembler manquer de spontanéité, mais cela permet de retrouver de la complicité et de canaliser la pression liée au fait de faire l’amour.

« Beaucoup de femmes doivent lutter pour faire coexister sexualité et maternité. En effet, notre culture assimile le dévouement maternel au désintéressement : sacrifice de soi et abnégation. » Esther Perel – L’Intelligence érotique

Conseil baby clash n°4 : Prendre soin de soi et de l’autre

Quand la panique s’installe

La fatigue est l’un des premiers facteurs qui conduit au baby clash. En effet, une personne fatiguée est nécessairement plus irritable, plus sensible et a tendance à amplifier les problèmes. Si l’un des partenaires est fatigué, le risque de tensions et de conflits augmente dans le couple. Et si les deux partenaires sont fatigués, le clash est quasi certain !

La responsabilité d’être parent, le manque de temps pour soi, la charge financière… tout cela crée du stress. A cela s’ajoutent différentes inquiétudes : ne pas être à la hauteur, ne pas être apprécié à sa juste valeur, etc. Ce contexte psychologique est également un facteur aggravant qui conduit au baby clash.

Préservez l’équipage

Pour éviter le baby clash, il est essentiel de prendre soin de soi et de son partenaire. En effet, l’arrivée de bébé est une épreuve physique et psychique de longue haleine. Il s’agit donc de ménager vos forces et celle de votre équipier. Voici nos conseils.

  • Reposez-vous

Il est essentiel de trouver des moyens de se reposer. Cela nécessite de se coordonner en couple pour se reposer à tour de rôle. Si cela est possible, appuyez-vous aussi sur votre famille, vos amis ou une baby-sitter.

  • Soyez indulgent envers vous-même et envers votre partenaire

N’essayez pas de tout faire, de tout régler, de tout prévoir. Visez le bien plutôt que le parfait. N’essayez pas de planifier à long terme, concentrez-vous sur le moment présent. Acceptez qu’il ne soit pas toujours possible de tout concilier. Ne culpabilisez pas si votre relation passe au second plan pendant un moment et que vous n’arrivez pas à suivre toutes nos recommandations n°3 (retrouver l’intimité de couple). L’essentiel est d’affronter la tempête au mieux, avec un esprit d’équipe.

  • Ne restez pas seul

Appuyez-vous sur votre famille et vos amis le plus souvent possible pour un soutien matériel et psychologique. Faites part de vos inquiétudes, vous verrez qu’elles sont souvent partagées. Sollicitez également le réseau associatif. La Maison Verte à Paris XVème par exemple accueille sans inscription les parents et leurs jeunes enfants pour des moments de rencontre et d’échanges.

  • Soyez fier

Ne soyez pas trop sévère avec vous-même. Au contraire, cultivez la fierté de ce que vous réalisez pour votre enfant et pour votre couple.

Être heureux en couple pour être des parents heureux

Des études démontrent que les couples qui surmontent les défis liés à l’arrivée de l’enfant et se soutiennent mutuellement dans leur rôle de parents éprouvent une augmentation de leur satisfaction conjugale. Il est de plus démontré que la bonne entente parentale contribue positivement au développement socio-affectif de l’enfant. L’arrivée de bébé représente donc une période délicate pour le couple mais également une opportunité de grandir et de s’épanouir à deux. En étant attentif à ce qui se joue dans le changement, au bien-être amoureux dans la relation, à l’intimité sexuelle de son couple et à l’esprit d’équipe, il est possible que le couple sorte grandi de ce baby clash.

Baby clash n°1, n°2, n°3 !

Le baby clash est fréquent lors de l’arrivée du premier enfant car le couple conjugal doit se transformer en un couple conjugal et parental. Cette mutation est délicate. Mais selon Serge Hefez, c’est la naissance du deuxième enfant qui occasionne les crises conjugales les plus profondes. En effet, si le premier enfant fonde un couple parental, le deuxième enfant crée une famille où tous les liens sont redéfinis. Le couple risque alors de se perdre.

L’accueil d’un troisième enfant constitue encore une nouvelle étape majeure dans le couple. L’arrivée de ce troisième enfant conduit en effet souvent la femme à accepter un travail à temps partiel voire à être mère au foyer. Or elle peut mal accepter ce rôle uniquement centré sur les enfants. De son côté, l’homme intensifie son engagement professionnel, assumant de plus en plus la charge financière de la famille. Sur un plan symbolique, l’arrivée du troisième enfant scelle définitivement l’unité de couple, la séparation devenant de moins en moins envisageable. L’engagement semble irréversible, pouvant provoquer une poussée d’angoisse chez chacun des partenaires.

Zenlove, l'application déclencheur de dialogue dans le couple​

Zenlove appli couple

L’arrivée de bébé est un événement déstabilisant qui conduit parfois à perdre son couple de vue. C’est pourquoi nous avons lancé Zenlove. Zenlove est en effet une application pour aider les couples à dialoguer de façon ouverte et constructive et à renforcer leur connexion.

Au travers de nombreux programmes et quiz, l’application invite les couples à échanger sur ce qui compte vraiment. Plusieurs centaines de questions permettent d’aborder de façon ludique et constructive tous les aspects de la vie à deux. Connexion émotionnelle, parentalité, langages de l’amour, sexualité… Tous les thèmes de la vie de couple sont abordés.

Avec Zenlove, apprenez à mieux vous connaître pour mieux vous aimer. Profitez de l’offre d’essai de 7 jours !

1 Étude menée par le réseau social Wemons et l’institut Elabe en 2015.

Crédits photos : Kelly Sikkema, Minnie Zhou, Jonathan Borba, Kevin Gent, Kaushal Mishra (Unsplash)